Menu
Philosophie

L’allégorie de la caverne de Platon

Temps de lecture : 8 minutes

‘Les dialogues de Platon’ est un ensemble d’ouvrages écrits par le philosophe grec Platon qui se présentent sous forme de dialogues philosophiques entre différents personnages. Dans tous ces ouvrages, on trouve un dialogue entre le philosophe Socrate et son élève Glaucon. Le dialogue s’appelle ‘La République’ et porte principalement sur la justice dans l’Individu et dans la Cité. C’est dans ce dialogue que l’on trouve un passage connu sous le nom de “l’allégorie de la caverne de Platon”.

Note : une allégorie est figure de style qui permet de mieux comprendre un concept, une idée ou une abstraction grâce à une histoire, une métaphore ou une image.

Avant d’en exposer l’interprétation, faisons un résumé de cette allégorie.

Résumé

Des hommes vivent dans une caverne depuis leur enfance et n’ont rien connu d’autre. Ils ont les jambes et le cou enchainés, ils ne peuvent pas tourner la tête et peuvent voir uniquement la paroi en face d’eux, qui constitue le fond de la caverne.

Un feu brûle en hauteur derrière eux et génère de la lumière. Entre le feu et eux, il y a un mur et derrière ce mur, des personnes agitent des objets, un peu comme des montreurs de marionnettes.

Les prisonniers ne peuvent donc voir que les ombres de ces marionnettes projetées sur la paroi devant eux. Ils ne peuvent pas se regarder entre eux, mais ils peuvent se parler. Ils entendent les voix des montreurs de marionnettes qui se réverbèrent sur la paroi, donnant l’impression que ce sont les ombres qui parlent.

Un jour, un prisonnier est délivré et forcé de prendre le chemin qui mène à la sortie de la caverne, vers la lumière. Il se lève, se retourne, il est d’abord ébloui puis voit les objets et les montreurs de marionnettes. Les autres hommes lui demandent ce qu’il voit, mais il est embarrassé. Il tente de nier l’évidence et le fait qu’il s’est longtemps trompé.

Ensuite, il est poussé à regarder vers la lumière qui provient de l’entrée de la caverne, mais déstabilisé, il a tendance à vouloir retourner avec les autres prisonniers. On le force à sortir de la caverne, mais il éprouve alors une certaine souffrance.

Malgré cela, il passe la nuit à l’extérieur de la caverne et parvient à s’accoutumer à la lumière des étoiles et de la lune. Le lendemain matin, le soleil se lève et il parvient à s’habituer à cette nouvelle lumière. Il finit par accepter la réalité telle qu’elle est et par comprendre que le soleil est la seule source de lumière et de vérité.

Étant un ancien prisonnier, il repense à ses compagnons et a pitié d’eux, mais il est hors de question de retourner au fond de la caverne. Dans le cas où il y retournerait, il serait certainement confronté aux rires et aux moqueries de ses anciens compagnons. Il est même probable que certains veuillent le mettre à mort, car ils seraient persuadés qu’il est devenu fou.

Interprétation

Platon livre l’interprétation de son allégorie de la caverne dans la deuxième partie de son livre.

À propos des prisonniers, on peut lire “C’est à nous qu’ils sont pareils !“. Ce qui signifie qu’ils représentent l’état de l’Homme dans la société.

Concernant leur vision, il écrit “En nommant ce qu’ils voient, ils penseraient nommer les réalités mêmes”. Les prisonniers considèrent donc que les images sur le fond de la caverne représentent la réalité alors qu’en fait, il s’agit d’images illusoires.

La grotte est “la région qui se présente à nous par l’entremise de la vue”, nous dit Platon. La caverne représente donc le côté manipulable et soumis de l’être humain.

Mais s’il est soumis et manipulable, c’est parce qu’il est enchainé. Ces chaines représentent la soumission aux apparences, le déni et la puissance des illusions.

Les marionnettistes peuvent incarner beaucoup d’archétypes. Ils pourraient être des hommes politiques, des gourous de sectes ou même notre propre esprit et ses dérives. Quoi qu’en soit le concept global, c’est qu’ils incarnent ceux qui ne veulent pas que la vérité soit révélée.

La personne qui libère le prisonnier n’a pas d’identité propre dans le texte de Platon. On ne sait s’il s’agit d’une personne ou d’un concept. Il pourrait s’agir d’un philosophe bienveillant ou simplement de la volonté du prisonnier d’élever sa conscience.

Le soleil et le feu représentent tous les deux la réalité, au sens de vérité.

Le chemin qui mène à la sortie de la grotte est “la route de l’âme pour monter vers le lieu intelligible”. C’est un chemin qui mène à la lumière et dont la source (le soleil) est “la cause universelle de toute rectitude et de toute beauté” selon Platon. Par conséquent, ce chemin est la voie de la sagesse. Il s’agit de la montée de l’âme de l’obscurité vers la lumière / du perceptif vers l’intelligible / de la sensation vers le raisonnement. Cette montée est d’abord décrite comme douloureuse, mais rapidement, la vérité apparait comme une évidence salvatrice. Pour Platon, l’âme humaine est faite pour la lumière, c’est dans l’intérêt de chacun et de tous d’y accéder.

On se fait un petit résumé en 3 étapes avant de conclure

1. L’enfermement

Nous sommes plongés dans une grotte souterraine, qui symbolise notre capacité à être manipulés et soumis. Nous sommes persuadés que cette caverne est la réalité et la vérité. Des marionnettistes projettent des images illusoires devant nos yeux pour nous pousser à croire en cette réalité.

2. L’élévation

Le prisonnier peut être libéré, se relever et tenter de sortir de cette caverne. Ce qui vient nous délivrer peut être interprété de différentes manières : l’intuition, une personne physique, un événement de vie, etc. L’ascension est difficile car quitter ses repères pour aller vers l’inconnu est effrayant pour l’homme. À la sortie de la caverne, c’est l’éblouissement. La prise de conscience d’avoir été manipulé et de se rendre compte qu’il existe une autre réalité peut être douloureux.

3. La connaissance

Une fois dehors, c’est la délivrance. Les prisonniers deviennent heureux, leur rapport à la connaissance change complètement leur existence et développe leur altruisme. Une fois dehors, faut-il redescendre pour aller chercher ceux qui sont restés au fond la caverne ? Selon Platon, non ! Il est impossible de retourner dans l’ignorance, car la connaissance est source de bonheur pour l’homme. Ce serait également dangereux, car on pourrait ne pas pouvoir ressortir de la caverne.

Conclusion

Ce qui m’épate le plus avec l’allégorie de la caverne de Platon, c’est que visiblement, le scénario de Matrix a été écrit 2 300 ans avant les frères Wachowski…

Plus sérieusement, Platon utilise cette allégorie pour exprimer le fait que nous avons deux approches différentes pour appréhender le monde autour de nous : une approche sensible et une approche intelligible.

Si je vous demande de me définir le mot “carré”, vous avez deux possibilités. Soit vous me dessinez un carré, c’est l’approche sensible, soit vous me définissez l’idée du carré, c’est l’approche intelligible. Ce sont deux approches différentes mais pour Platon, connaître réellement la vérité sur les choses consiste à passer de l’illusion du sensible, à la connaissance intelligible des choses. L’approche sensible est toujours subjective, car le dessin que vous aurez fait du carré ne sera probablement pas un carré, parce que les angles ne seront pas à 90° ou alors les quatre côtés ne seront pas égaux. Un carré ayant une définition stricte, l’approche sensible serait trop approximative.

L’objectif de Platon est de faire cette distinction entre le sensible et l’intelligible. Il ne nous dit pas d’ignorer ou de repousser notre approche sensible des choses, mais de comprendre que le sensible ne permet pas de s’approcher des vérités. Le feu et le soleil représentent tous les deux une source de vérité. Le feu est source de vérité pour ceux qui sont dans la caverne et le soleil est source de vérité pour ceux qui sont hors de la caverne.

L’allégorie de la caverne de Platon, c’est l’expression d’une dualité chez l’homme, sensible / intelligible, qu’on pourrait aussi formuler en émotion / raison. Dans une démarche d’élévation collective, Platon nous invite à sortir de l’ignorance dans laquelle nous nous trouvons pour aller vers la connaissance.

Soit tu prends la pilule bleue, soit tu prends la pilule rouge…

Si vous voulez lire le texte original de Platon, je vous ai préparé un pdf téléchargeable.

À propos de

Je fais de l’ésotérisme un objet d’étude et non une croyance. Je ne prétends pas savoir ce qui est vrai ni ce qui est faux, cela m’importe peu. Tout ce que je veux c'est comprendre, voilà la seule chose qui m'intéresse, comprendre.

7 Commentaires

  • Chant.
    14 novembre 2020 at 17 h 05 min

    Bonsoir,
    Je suis heureuse d’avoir pu faire votre connaissance sur la chaîne mysteria. J’ai un parcours de vie ésotérique très similaire au votre et j’ai écrit quelques articles qui je pense peuvent vous intéresser. Personnellement je suis plutôt effacée en ce qui concerne les connaissances que j’ai acquises, mais si mes articles vous intéressent je veux bien vous les envoyer par mail. Il s’agit plutôt de décryptage ou décodage. J’ai aussi tout comme vous reçu des mots ou phrases ou noms alors que je me trouve dans un demi sommeil, qui m’ont guidés vers l’esoterisme et j’ai de nombreuses anecdotes de synchronicités, ou sérendipité à partager. Contactez moi si vous le souhaitez. J’ai également écrit des articles sur le mystère de RLC.
    Chant.

    Reply
  • SACRE TCHELE-LEY
    23 juillet 2020 at 9 h 22 min

    merci

    Reply
  • Hayden A. Salomon
    16 juin 2020 at 16 h 31 min

    Je vous remercie et vous félicite d’avoir fait une si belle et bonne présentation de l’allégorie de la caverne de platon.
    Sortir de la caverne est certes une bonne chose, mais je me demande si à force de découvrir de nouvelles connaissances, si on ne va pas se jettés dans une confusion totale. Parce que même si la caverne est symbole “d’ignorance”, nous avons beaucoup appris d’elle. Je suis religieux, mais je me pose souvent des questions bizarres. Qu’est-ce qui est réellement vrai? Ou plutôt: quelle est la vraie vérité? Sortir de la caverne n’est pas mauvais, mais trop découvrir selon moi peut rendre fou.(pas dans le sens littéral hein)🙂

    Reply
  • Ianop
    15 juin 2020 at 22 h 14 min

    Bonsoir, ton article est bien construit et pédagogique, mais l’interprétation que tu donnes de cette allégorie n’est-elle pas aussi subjective (la Science) ? Platon parle-t-il de science et de compréhension par l’intellect ? Non (ces mots n’existaient pas), il parle du monde des idées pour exprimer ce qui est au-delà de la Caverne. Les idées, selon lui, ont un sens bien différent du sens actuel (se représenter une chose). Ce sont plutôt des “formes-pensées” , c’est à dire des formes idéales donnant leur sens à toutes les choses. On est plus près des archétypes de Jung (une connaissance diffuse de la totalité) que d’une prise de conscience “rationnelle” du monde qui nous entoure. Les Idées de Platon sont plus réelles que les formes concrètes, car elles sont créatrices et indestructibles. Pouvoir les contempler signifie qu’on est effectivement sorti de la Caverne.

    Reply
  • Kalypso
    1 juin 2020 at 21 h 40 min

    Bonjour
    En lisant ton article je me suis demandée de quel côté j’étais, si j’aurais dessiné un carré ou si je t’aurais dis que c’est un quadrilatère avec 4 côtés égaux. Peut être que j’aurais fait les deux en même temps . Pourtant étant très ancrée dans l’ésotérisme, je me vois plus du côté sensible et émotionnel. Ce qui signifie que pour Platon ou pour toi, je suis “dans la caverne” donc dans l’ignorance. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça (ou alors j’ai mal compris) car pour moi les gens dans l’ignorance sont ceux qui gobent tout ce qui est dit à la télé (genre le médicament miracle de Raoult) ou sur internet. Des gens qui ne se cultivent pas, qui ne lisent pas. Je sais que toi tu as une pensée mi ésotérique, mi exotérique (t’as vu je regarde tes vidéos) mais je ne crois pas que les gens comme moi qui sont plus ésotériques, soient dans l’ignorance. Je pense qu’au contraire, on sent et on voit des choses qui ne sont pas visibles par la majorité (j’ai l’impression que ça fait un peu prétentieux de dire ça comme ça c’est pas le but mais je ne sais pas comment le dire autrement). On a la connaissance ou une connaissance même si on garde une approche sensible des choses. Mais sinon je veux bien la pilule bleue, c’est ma couleur préférée 😉

    Reply
    • Tony
      2 juin 2020 at 13 h 09 min

      Selon Platon, il est conseillé de sortir de la caverne pour accéder à la science, c’est pour lui la meilleure source de connaissance.
      L’ésotérisme est effectivement une source de connaissance, mais elle est subjective. Les pratiques ne sont pas les mêmes en Europe, en Asie ou en Afrique. Contrairement à la science qui est universelle, une expérience faite en France donnera le même résultat en Chine ou au Congo.
      Le feu est la “vérité” que chacun pense être réel et le soleil est la vérité universelle, la science. Bon il faut aussi remettre ça dans le contexte de l’époque. Il y avait beaucoup plus de spiritualité, de mythologie et de religion que de science à ce moment là.

      Du coup pour répondre à ta question, je me sers de l’ésotérisme dans une quête personnelle et de la science pour comprendre le monde qui nous entoure. Les deux sont complémentaires je pense 😉

      Reply
      • Stanislas
        11 juin 2020 at 13 h 05 min

        Pour complexifier la chose, nous devons admettre que “la” science est universelle parce que toutes les autres formes de sciences ont été réduites à de simples croyances. Force est de constater que les sciences telles qu’elles sont pratiquées depuis deux bons siècles ont permis des avancées assez incroyables par les connaissances qu’elles apportent dans l’infiniment petit et grand, grâce à sa quête d’objectivité.

        Mais les sciences post-modernes ébranlent cette certitude à pouvoir tout objectiver ; nous avons besoin de subjectif. Et nous voyons effectivement un retour aux sciences plus “traditionnelles” qui permettent de savoir autrement. Le retour important de la phénomènologie en écologie, par exemple, est l’illustration de l’importance accepter la part de subjectivité dans toute recherche objective.

        Enfin, il me semble que, dans la caverne de Platon, le feu est une sorte d’expérience “scientifique” du soleil, à comprendre comme une interprétation subjective, peut-être sensible, mais aussi intelligible du soleil, qui lui est impossible à connaître réellement et objectivement. On reproduit le soleil pur l’étudier ou s’en servir. Mais je te rejoins totalement, c’est par l’effort de compréhension intelligible d’un fait naturel que nous pouvons évoluer. La phase sensible semble être en amont de la recherche, ce qui nous permet de nous intéresser à un fait et de vouloir en faire une compréhension intelligible.

        Reply

Laisser un commentaire