Menu
Alchimie / Ésotérisme

Prima Materia

Temps de lecture : 5 minutes

« Transformer le plomb en or ». Cette phrase vulgarisant le but de l’Alchimiste permet instinctivement de se dire que celui-ci travaille sur la matière. La vision que nous pouvons avoir de son lieu de travail est celle d’un laboratoire avec des creusets, des béchers, des pinces, des acides, des poudres, des métaux, etc… Tout ce qu’il faut pour extraire le subtil de l’épais ou encore dissoudre le fixe et fixer le volatile. Pour transmuter un métal vil en métal précieux, l’Alchimiste a besoin de réaliser sa Pierre Philosophale. Mais cette pierre aussi mystérieuse que magique, attisant la convoitise du chercheur d’or et du chercheur de vérité, doit être façonnée à partir de quelque chose d’aussi mystique. Cette matière brute à l’origine de la Pierre Philosophale est appelée la Prima Materia.

La recherche de la Prima Materia

Comme son nom peut laisser sous-entendre, nous pouvons imaginer la Pierre Philosophale sous forme de pierre (comme dans Harry Potter à l’école des sorciers). Nous avons tendance à orienter notre recherche de la matière première de celle-ci exclusivement dans le règne minéral. Or, il faut préciser que l’Alchimie est une science de la Nature. Elle permet d’étudier l’ensemble des règnes qui la composent comme également le règne végétal et animal (je n’encourage pas la recherche de la Prima Materia à travers le règne animal, le support physique de cette méthode est le sang). Souvent oublié mais peut-être le plus intéressant pour nous, le règne humain fait aussi partie de la Nature. Il est parfois associé avec le règne animal.

Cela revient à dire que l’Alchimiste pourrait transformer du plomb en or à partir d’un végétal qu’il aura choisi ou encore à partir de lui-même. En fait, le choix de ce support physique est propre à chacun et n’aura pas d’impact sur la finalité. Certaines choses vont résonner en nous plus facilement que d’autres. Cette sensibilité dépend de chaque personne. Disons simplement que le choix de ce support doit être le choix du cœur plutôt que le choix de la tête. La Prima Materia sera la même dans chaque cas, elle n’est pas une matière que l’on touche avec nos mains. C’est quelque chose de beaucoup plus subtil. C’est quelque chose que chaque élément à en commun. Les alchimistes parlent d’un chaos à l’origine de la création de toute chose.

Symbole de reconnaissance de l’essence de la Colombe suite à l’éveil

Le laboratoire

Le laboratoire s’adaptera automatiquement au règne choisi. La découverte de la Prima Materia peut se faire dans de nombreux endroits. Par exemple, en pleine forêt nous sommes entourés par de multiples représentations physique du règne animal et végétal. La Prima Materia peut apparaitre à tout moment, par un regard, une écoute, une présence de soi… J’ai même tendance à dire qu’il est plus facile de la trouver sans la chercher (le lâcher-prise). En effet, l’observation consciente d’un arbre, d’une plante, d’un animal, d’un oiseau, peut amener à la découverte de la substance première indispensable pour débuter le Grand Œuvre alchimique.

Un laboratoire alchimique

De même, en considérant l’humain comme règne à explorer, le laboratoire peut se résumer à notre propre corps. Il y a autant à découvrir dans la forêt amazonienne qu’à l’intérieur de nous. Malgré une surface extrêmement différente en apparence, la substance originelle est commune. Il est à noter que pour le règne végétal, l’Alchimiste ne fait généralement pas de la forêt son laboratoire. Il cherche plutôt à extraire par distillation la substance recherchée. Chacun est libre d’explorer le chemin qui lui parle.

Sel, Mercure, Soufre

L’analogie de la Prima Materia peut être approchée à travers les principes hermétiques du sel, du soufre et du mercure. De multiples appellations de ces principes peuvent être retrouvées dans les textes alchimiques par le biais de synonymes. Par exemple, le soufre terrestre peut être employé à la place de sel. Dans ce cas précis, le but est de montrer le double principe du soufre : le subtil et l’incarné.

Le sel représente le monde physique. Le soufre représente le monde des esprits. Hermès Trismégiste étant l’intermédiaire entre ces deux mondes, il est représenté par le mercure. Les humains ont accès à la connaissance des Dieux grâce à lui. Il fait le lien entre le subtil et la matière. Le mercure donne la possibilité au sel d’être relié au soufre. En d’autres termes, il permet à une matière d’être connectée à son essence divine.

La Prima Materia, cette matière première nécessaire pour façonner notre Pierre Philosophale est à l’image du principe du mercure. C’est ce qui fait le lien entre le corps et l’esprit. Cet intermédiaire est l’âme. L’âme du minéral, l’âme du végétal, l’âme de l’animal, l’âme de l’humain. A partir du moment où une personne reconnait une âme quelconque, c’est qu’elle est également connectée à sa propre âme.

Les principes alchimiques avec le symbole du mercure représentant la Prima Materia
Symboles des principes du Soufre, du Sel et du Mercure

La découverte de la Prima Materia s’apparente au premier moment d’éveil spirituel d’un individu. Ce moment où la conscience dépasse la croyance. Ce moment où il prend conscience qu’un monde plus vaste que celui proposé par ses cinq sens existe. Ce moment de découverte que la vie a sûrement un tout autre sens que celui qui est proposé (imposé ?) par certains.

Vers la découverte de soi-même

Le futur Alchimiste doit avoir conscience du principe du mercure pour entamer sa quête. Il doit se reconnecter à son âme, avec la partie la plus lumineuse de lui-même s’il souhaite recevoir les informations de l’esprit (soufre) et commencer son évolution consciente.

L’Alchimiste façonne donc son âme pour obtenir la Pierre des Philosophes. C’est la première matière avant la matière. La matière de la création.

5 Commentaires

  • Isis
    17 novembre 2020 at 22 h 34 min

    नमस्ते 🙏🏽
    Quel plaisir de voir un noble frère, œuvrer par sa grande pédagogie, usant de ses techniques de communication hautement maîtrisées (j’ai regardé nombre de vos vidéos, bravo !), afin d’expliciter certains des arcanes et vulgariser nombre de concepts, à mon sens utiles à l’Humanité et au vivant !
    Concision et précision, j’ai hâte de poursuivre la lecture de vos articles !
    اسلام عليكم🙏🏽

    Reply
  • Joachim Moussais
    18 juin 2020 at 12 h 52 min

    Bravo Joël et merci ! On parle donc de cet éther qui se mérite et dont il faut taire le nom pour éviter les dérives. Celle qui habite nos corps, nos pensées, le tout et qui fait le pont entre chaque. Comme quoi la loi d’attraction n’est peut être pas qu’un fantasme d’artiste finalement…

    Reply
    • Joël
      29 juin 2020 at 9 h 37 min

      Bonjour Joachim, merci pour ce message.
      Pour ma part, l’éther est en lien avec le corps éthérique que je différencie de l’âme. Après en fonction des expériences et des enseignements le vocabulaire peut être différent mais garder une essence commune.

      Reply
  • Julien
    18 juin 2020 at 12 h 33 min

    C’est bien de faire ces petits articles.
    Merci.
    Car c’est un thème qui, même dans les grandes lignes, mériterait d’être un peu plus « clair » et peut rebuter pas mal de gens par manque de compréhension.

    Il serait intéressant (en tout cas, personnellement ça m’intéresserait ) de vous lire sur les voies sèches, humides et royales.
    Encore merci.

    Reply
    • Joël
      29 juin 2020 at 9 h 20 min

      Bonjour Julien, merci pour ce retour.
      Effectivement je pense aborder les différentes voies alchimiques. Ces sujets sont très intéressants.

      Reply

Laisser un commentaire