Menu
Alchimie / Ésotérisme

Le Miroir de l’Art

Temps de lecture : 5 minutes

La maitrise de l’allégorie devient un outil fondamental lorsqu’on commence à développer un attrait pour l’alchimie. Cette science occulte compte la quasi-totalité de ses ouvrages écrits à travers le récit allégorique. Ceci en a découragé plus d’un à comprendre les secrets cachés derrière les textes. Dans la plupart des cas, une initiation est à déchiffrer à travers les mots. Même si les vérités écrites dans ces livres sont présentes avant tout en chacun de nous et donc en chacun de ces lecteurs découragés, la recherche de compréhension et de prise de conscience par l’intermédiaire d’un support comme des livres à caractère spirituel, est une possibilité pour réveiller le feu sacré qui est en nous. Comme derrière chaque symbole sacré il y a quelque chose de caché qui est propre à chacun de trouver, ce feu détient aussi un secret…

L’alchimie est également dissimulée dans des ouvrages plus « grand public » sans pour autant dévoiler le vrai sens de ces ouvrages. De nombreux romans ont été écrits par des grands écrivains qui sont restés des alchimistes cachés. Ils aident notre inconscient à nous nourrir d’histoires à fort potentiel vibratoire et à intégrer, petit à petit, une connaissance mystique.

Une clé, une initiation

Le texte alchimique le plus connu est sans aucun doute “La Table d’Émeraude”. Le texte n’a probablement pas été gravé sur de l’émeraude mais cela lui donne un caractère mystique et certainement une résonance particulière à l’intérieur de nous. De plus, ce n’est pas important d’avoir une certitude à propos du support physique utilisé car avant tout, “La Table d’Émeraude” est dans nos profondeurs et peut être lu par ceux capables d’aller chercher au plus profond d’eux-mêmes, en séparant le subtil de l’épais. C’est le texte fondateur de l’art des transmutations écrit par Hermès Trismégiste. Cette table est composée de 15 tablettes représentant chacune une clé d’initiation. Pour atteindre la porte d’une nouvelle clé, il faut avoir franchi la précédente dans un ordre établi. Chaque clé est une initiation, le tout formant un chemin initiatique.

Parfois il faut trouver le secret d'un symbole pour pouvoir ouvrir une porte. Trouver la clé d'une porte est synonyme d'initiation accomplie.
A chaque porte sa clé, à chaque initiation sa prise de conscience

Dans l’une de ces clés, nous retrouvons le mystère du microcosme qui est à l’image du macrocosme et inversement. L’explication donnée peut être résumée par cette phrase très célèbre de l’Hermétisme : Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Si je pointe mon regard vers le bas, je vois la Terre. Si je pointe mon regard vers le haut, je vois le Ciel. Dois-je en conclure que le Ciel est comme la Terre et que la Terre est comme le Ciel ? Bien évidement si le Ciel était comme la Terre, Vercingétorix aurait eu raison de penser que le Ciel pouvait nous tomber sur la tête (D’ailleurs, cela m’amène à me demander si ce Gaulois est un alchimiste ? J’ai un doute). Soit on marcherait dans le vide, soit le ciel nous tomberait dessus. Il est bien connu que les éléments physiques sont différents des éléments gazeux. En revanche, allégoriquement, cela signifie bien que le Ciel est comme la Terre et la Terre comme le Ciel. La loi retrouvée dans cette clé est la loi des inverses.

La Lois des inverses

Une image simple mais représentative de cette loi est le Miroir de l’Art avec le reflet d’un arbre dans l’eau. Ce reflet symbolisant le monde incarné et l’arbre réel symbolisant les mondes subtils et spirituels. Sommes-nous donc, nous êtres humains, seulement le reflet de quelque chose ? A un certain niveau, oui. Mais nous ne sommes pas le reflet de n’importe quoi. Nous sommes le reflet de nous-mêmes. Nous sommes à la fois incarnés dans la matière et en même temps nous sommes aussi vivants sur les plans supérieurs (Cela rejoint les enseignements bouddhiques des corps subtils). En revenant à l’analogie précédente, la Terre serait donc le monde physique, le monde incarné, la matière que l’on peut toucher, la matière sur laquelle nos pieds peuvent se poser ; et le Ciel, les mondes invisibles perceptibles par nos sens subtils. Le livre de la Genèse propose également une formulation pour exprimer cette vérité : « Dieu créa l’homme à son image ». Nous avons une seule vérité exprimée de multiples manières en fonction de la tradition de chacun.

Nous sommes donc le reflet de Dieu ou encore ne serions-nous pas le reflet de ce feu secret cité précédemment ? Quoi qu’il en soit, être le reflet d’une essence divine revient à dire que nous sommes nous-mêmes divin. Du moins, nous avons tous une partie divine en nous qui est plus ou moins exprimée et qui demande à l’être. Elle est exprimée de multiple façons, propres à chacun en fonction du niveau de conscience atteint.

Revenons à l’arbre

Pour en revenir au symbolisme de l’arbre, son sommet représente ce qu’il a de plus subtil dans le monde, la plus haute énergie spirituelle. Inversement, le reflet du haut de l’arbre se retrouve au plus bas de l’image. Il représente ce qu’il y a de plus dur, de plus dense dans ce monde. Il s’agit des minéraux. Les minéraux sont comme l’énergie spirituelle et créatrice, pourtant tout peut sembler les opposer au premier regard. Est-ce pour cette raison que les alchimistes travaillent en premier lieux les métaux dans leurs laboratoires ? Est-ce qu’en commençant le travail sur les métaux nous pouvons devenir des êtres éveillés ? Dans tous les cas, la première œuvre alchimique, “L’Oeuvre au noir”, donne ce point de départ.

Cette image illustre parfaitement le reflet de l'arbre. Elle nous aide à visualiser les propos tenus du texte. Chaque compréhension symétrique par rapport à la terre est une initiation.
Comment découvrir les secrets de l’Univers ? En observant la nature

Le reflet du bas du tronc d’arbre représente ce qu’il y a de plus glorieux dans notre société. Nous pouvons l’apparenter au culte de la personnalité. La société veut faire croire qu’une vie est réussie si nous avons obtenu des postes à grandes responsabilités commerciales ou politiques, ou si nous sommes une référence dans la musique, le sport ou le cinéma. En résumé, une vie est réussie si nous avons obtenu une dimension sociale avec du pouvoir sur d’autres êtres vivants et de l’argent pour pouvoir se procurer tous les biens matériels disponibles sur cette planète. Ces besoins d’illusions sont le reflet du bas du tronc de l’arbre, juste au-dessus des racines, représentant des énergies subtiles mais denses. Plus nous allons nous diriger vers le haut de l’arbre, plus les énergies seront douces et puissantes.

Êtes-vous prêt à passer cette initiation et regarder dans vos profondeurs ?

11 Commentaires

  • Akoe
    21 mars 2021 at 14 h 06 min

    C’est un plaisir que je suis tombé sur cet article bien enrichissante.il est t’en que l’homme dans son ensemble se connaître de sont être supérieure .

    Reply
  • Yvann
    4 décembre 2020 at 15 h 36 min

    Merci infiniment pour ce partage!
    Entre image et reflet, il ya un souci continu de vouloir exister que de vivre en chacun de nous.
    Quant à moi je suis prêt à passer de l’épais au subtil car je trouve l’épais assez lourd lol…

    Reply
  • Mike
    1 décembre 2020 at 12 h 56 min

    Tes articles sont concis, précis. De belle perles précieuses.

    Reply
    • Mike
      1 décembre 2020 at 12 h 59 min

      belles*

      Reply
  • SACRE TCHELE-LEY
    23 juillet 2020 at 10 h 24 min

    Êtes-vous prêt à passer cette initiation et regarder dans vos profondeurs ?
    oui mais comment y accéder?

    Reply
    • Joël
      13 septembre 2020 at 23 h 11 min

      Bonjour, l’initiation peut se vivre au quotidien. Il est possible de repérer les blocages qui surviennent dans notre quotidien et de les affronter. Un exemple pourrait être de dépasser la peur de faire quelque chose, de réagir d’une certaine façon, d’être soi, d’être aligné avec son cœur.
      Cela peut aussi être travaillé par la méditation , le souffle et autres … c’est à la sensibilité de chacun.

      Reply
  • […] des béchers, des pinces, des acides, des poudres, des métaux, etc… Tout ce qu’il faut pour extraire le subtil de l’épais ou encore dissoudre le fixe et fixer le volatile. Pour transmuter un métal vil en métal […]

    Reply
  • Andrée Poitras
    2 juin 2020 at 20 h 23 min

    Le chemin est toujours long. Que nous sachions ou pas notre destination..

    Reply
    • Joël
      6 juin 2020 at 22 h 18 min

      En alchimie il existe plusieurs voies dont une nommée “voie brève”. Ceux passant par cette voie ont un chemin “plus rapide”. C’est une voie directe. Quoi qu’il en soit, le chemin est propre à chacun et peu importe la longueur de celui-ci, ce n’est pas une course 🙂
      Ensuite, nous pouvons faire le choix de la voie à suivre. Cependant cela reste difficile de connaitre la destination. La destination résulte de la manière dont est vécu le cheminement, soit un nombre infini de possibilités.

      Reply
  • Bernard
    2 juin 2020 at 11 h 36 min

    Jolie texte et belle quête que la tienne. Le chemin est long et intéressant. Peut-être nous croiserons nous sur les chemins de l’initiation.

    Reply
    • Joël
      3 juin 2020 at 18 h 19 min

      Merci beaucoup pour ce retour. Ça serait avec plaisir.

      Reply

Laisser un commentaire